Accueil Conjoncture marches Tendances de marche Brexit : le Royaume-Uni demande un délai

Europe

Brexit : le Royaume-Uni demande un délai

Le 12 mars, les députés britanniques ont de nouveau rejeté l’accord de retrait du gouvernement. Le lendemain, la chambre des Communes a rejeté de manière a priori définitive la possibilité d’une sortie sans accord. Enfin, et pour conclure une semaine décidément bien mouvementée, les députés ont voté pour une extension de l’article 50, c’est-à-dire un décalage de la date de sortie. En revanche, et comme lors des votes précédents, aucune alternative au plan de Theresa May n’a émergé.

A la suite de ces votes, la Première ministre a annoncé la tenue d’un nouveau vote sur l’accord de retrait avant le 20 mars, probablement le 19. Si les députés britanniques votent en faveur du texte, le gouvernement demandera une extension de courte durée à l’Union Européenne (jusqu’en juin), afin de laisser le temps pour la ratification des textes nécessaires à la suite du processus. Si les députés britanniques votent contre, T. May demandera une extension de longue durée, ce qui impliquera la participation du Royaume-Uni aux prochaines élections européennes, qui se tiendront entre le 23 et le 26 mai. En proposant ce choix, le gouvernement britannique soumet les députés conservateurs opposés à son texte à un dilemme : sortir du Royaume-Uni avec l’accord actuel ou prolonger le processus de négociation et participer aux élections européennes, ce qui pourrait mettre en péril l’idée même du Brexit.

Du côté européen, une extension de longue durée ne fait pas l’unanimité et n’apparaît envisageable que si les Britanniques sont en mesure d’apporter des garanties susceptibles de débloquer les négociations : des nouvelles élections, une modification des axes de négociations ou encore la tenue d’un second référendum.

Téléchargement

Brexit : le Royaume-Uni demande un délai PDF 307.49 Ko
X