Accueil Conjoncture marches Tendances de marche la baisse des marchés observée depuis début octobre

Eclairage sur...

la baisse des marchés observée depuis début octobre

La forte baisse des marchés de ces premiers jours d’octobre traduit enfin la prise en compte par les investisseurs de l’amoncellement de nuages. Nous les avons décrits dans nos Perspectives Economiques et Financières de juin et détaillé leur montée en puissance au cours de l’été, dans notre éditorial de septembre.

Quelle est la situation ?

Les risques géopolitiques se sont multipliés alors que nous sommes rentrés dans un nouveau cycle où deux enjeux majeurs apparaissent avec l’impact de la politique de la Banque centrale américaine sur la liquidité mondiale en dollar et la déstabilisation des conditions de concurrence et d’échange que nous connaissions depuis la chute du mur de Berlin en 1989 et l’entrée de la Chine dans l’Organisation mondiale du commerce en 2001.

C’est un bouleversement capital qui déstabilise tous les agents, Etats, entreprises et ménages et les appelle à s’adapter. Or, l’environnement économique ne s’accélère plus à l’échelle mondiale et le niveau d’endettement s’est accru depuis la crise de 2008. Nous avions comme possible facteur déclenchant d’une forte correction boursière, le franchissement du taux 10 ans américain au-delà de 3%. Nous y sommes ! Les marchés actions ont fortement baissé en quelques séances et nul n’a été épargné. Les signaux faibles (premières sorties de fonds immobiliers, difficultés de certaines signatures pour émettre, nationalisation forcée d’un conglomérat en Inde) trouvent aujourd’hui de l’écho avec les avertissements des organisations internationales (révision en baisse de la croissance mondiale par le FMI) ou l’annonce de mesures exceptionnelles de la Chine à la hauteur de ses difficultés.

Depuis l’été, nous avons sensiblement diminué le risque actions dans nos portefeuilles d’assurance et augmenté les taux de liquidité des OPC. Nous conservons cette position afin de pouvoir profiter, le temps voulu, d’opportunités d’investissement. Mais plus que jamais, une bonne compréhension du monde s’impose à tout preneur de risque, tant les différentes situations critiques sont enchevêtrées sur fond de politiques nationales peu collaboratives.

X