Accueil Conjoncture marches Tendances de marche Brexit : l'histoire sans fin

Europe

Brexit : l'histoire sans fin

Après plusieurs mois d’impasse à la chambre des Communes, trois rejets du texte de Theresa May et de nombreux rebondissements, la date de sortie du Royaume-Uni a finalement été décalée à une date ultérieure. Le Conseil Européen a opté, au terme d’importants débats, pour une extension des négociations jusqu’au 31 octobre. Ni la demande initiale de Theresa May, une extension jusqu’au 30 juin, ni la suggestion de Donald Tusk, une extension de 9 mois voire de un an, n’ont été retenues.

Aucune garantie particulière (second référendum, modification de la ligne de négociation) n’est demandée en échange de ce report, si ce n’est l’obligation de participer aux élections européennes si le Royaume-Uni est encore membre de l’Union Européenne d’ici au 23 mai (date du début du scrutin). Theresa May pourrait donc poursuivre sa stratégie de négociation actuelle et essayer d’obtenir un consensus avec le parti travailliste, ce qui nécessiterait sûrement des concessions importantes de la part de la Première ministre. Celle ci pourrait également tenter, une quatrième fois, de faire adopter par le Parlement britannique la version actuelle de l’accord de retrait : la frange la plus eurosceptique du parti conservateur, jusqu’alors opposée au texte, pourrait être poussée à voter en sa faveur afin d’éviter la participation du Royaume-Uni à la prochaine législature du Parlement Européen

Si ce report permet d’éviter le risque d’une sortie sans accord à court terme, il ne suffira pas à lever le brouillard d’incertitude qui bouche l’horizon des entreprises britanniques depuis plusieurs trimestres. L’investissement des entreprises, en chute l’année dernière, devrait continuer de pâtir de cette absence de visibilité.

Téléchargement

Brexit : L’histoire sans fin PDF 396.63 Ko
X